En 1989, une Foire aux ânes voyait le jour à Braize, petit village de l'Allier, berceau de la race bourbonnaise . Sans doute, cette tradition avait-elle existée, il y a bien longtemps ? Cet évènement reconduit chaque année depuis 1989, a relancé la race et permis de faire évoluer de manière spectaculaire le nombre d'animaux recensés. En 1993, nous comptions plus de 130 têtes. Il fallait faire quelque chose pour notre ami aux longues oreilles ?

La première association de "L'âne Bourbonnais" a été créée en 1993 afin de mener des recherches et répertorier un maximum de documents afin de rendre ses lettres de noblesse à cet ami toujours fidèle, prêt à rendre service, et pourtant si méconnu.

Cette association voit le jour le 27 Février 1994. Elle est reconnue au Journal Officiel du 30 mars 1994. Une Commission Stud-book chargée de préparer la reconnaissance et sélectionner les animaux se rapprochant le plus possible du standard, est créée simultanément.

L’Association de l’Ane Bourbonnais fut créé grâce à l'initiative de bénévoles passionnés par nos amis à longues oreilles . Ces amoureux de l’âne, qui sont souvent éleveurs, agriculteurs mais toujours passionnés, désirent que l’âne Bourbonnais soit reconnu et la race pérennisée . L'association devait donc, avant toute chose, obtenir des Haras Nationaux la reconnaissance de cette race.

Les recherches dans les archives des administrations, des musées, et chez les particuliers ont permis de recueillir les preuves d'une existence suffisamment ancienne de cet âne dans le Bourbonnais, et de sa réelle utilisation dans les siècles précédents.

En 1998, il y avait suffisamment d'éléments pour déposer un premier dossier, puis un deuxième en 1999, puis un troisième, toujours plus complets les uns que les autres . Les échanges permanents avec le ministère de l'agriculture et les Haras Nationaux ont permis d'aboutir en 2000 à la reconnaissance tant attendue . Toutefois ce n'était pas encore le bout du tunnel car la modification des statuts des Haras survenue juste à ce moment là, et la nouvelle loi d'orientation agricole ont retardé de deux années supplémentaires, l'approbation du dossier de l'âne Bourbonnais.

C'est chose faite depuis le 25 Octobre 2002 l’Ane Bourbonnais est reconnu officiellement.

Jusqu'à cette date, l'Association qui croyait fermement à l'obtention de cette reconnaissance, fonctionnait méticuleusement suivant les mêmes principes que les Haras Nationaux : c'est-à-dire, qu'elle effectuait le suivi génétique, l'enregistrement des naissances, la comptabilité du cheptel et tenait à jour lelivre généalogique de la race. Il s'agit maintenant de ré-ensemencer le territoire pour relancer une race qui a bien failli disparaitre faute des structures.

Les objectifs :


1 - Promouvoir et de pérenniser l’âne Bourbonnais.
La promotion de l’Ane bourbonnais est faîte à de multiples occasions :
- A travers les salons les plus importants chaque année :Salon du Cheval, fin Novembre (depuis 1998) et Salon de l’Agriculture, fin Février (depuis 1999). Présentation d'animaux à chaque fois que l'occasion se présente aux quatre coins de la France, lors de diverses manifestations organisées par les associations asines ou équines, etc..
- De nombreux articles paraissent dans divers magazines spécialisés du monde équin, des’articles sont régulièrement rédigés par les revues associatives.

2- Faire le suivi génétique.
Suivre et contrôler attentivement l'enregistrement des déclarations de naissances, répertorier et inscrire les animaux à titre initial . Une commission du stud-book composée de 9 membres est mise en place. Son premier travail a consisté à redéfinir, à partir de documents anciens à l'aide de méthodes d'analyses modernes, le standard de l'âne bourbonnais. Ce standard a été déposé aux Haras Nationaux. L'association dépend tout pour le moment du Haras d’Aurillac ou se trouve le berceau de la race . Ce Haras assure un appui technique efficace .
L'association est elle-même en charge du suivi génétique et, à ce titre, elle est responsable du fichier du stud-book. C'est ainsi que, au fil des générations les produits, issus de parents bourbonnais, devraient retrouver leurs lettres de noblesse.


Afin de «fixer» la race dans le respect de ses caractéristiques fondamentales, l'association propose aux éleveurs un catalogue de baudets Bourbonnais sélectionnés, aptes à la reproduction. Chaque propriétaire de mâle Bourbonnais, reconnu par l'association, est titulaire d’un carnet de saillies. A chaque saillie, un des trois volets du carnet est retourné à l’association afin de suivre les cycles d'évolution du cheptel âsin.

3 -Maintenir un contact permanent avec les éleveurs en leur apportant des informations et un appui technique par des formations qui lui sont proposées au cours de l’année.

4 - Elaborer et proposer un programme d’élevage aux éleveurs.